La danse tahitienne (Ori Tahiti)

Un petit peu d’histoire sur le Ori Tahiti

C’est dans la seconde partie du 20ème siècle que la danse tahitienne retrouve ses lettres de noblesse après une longue période d’interdit en lien avec la christianisation au début du 19ème siècle. Véritable danse vivante artistique loin d’être une danse folklorique, le Ori Tahiti évolue sans discontinuer depuis et continue de créer des vocations et d’apporter un souffle créatif à la culture tahitienne.

Il existe autant d’Ori Tahiti dans sa forme d’expression corporelle que de personnes qui l’enseignent. Toutefois comme toute pratique de danse celle-ci nécessite l’apprentissage des mouvements techniques de base pour en maîtriser les subtilités et éprouver un grand plaisir à danser et jouer une chorégraphie.

Les principales formes d’Ori Tahiti

Le Ote’a est essentiellement rythmique et indissociable des percussions. Dansé aussi bien par des hommes que par des femmes, en solo ou en groupe, cette danse symbolise Tahiti dans le monde entier. Les figures s’exécutent sur des rythmes vifs pour exacerber les roulements du bassin ou le tremblement des hanches pour les femmes et les mouvements rapides des cuisses pour les hommes. Les gestes des mains accompagnent les positions des danseurs pour accentuer le thème de leur danse ou du spectacle entier. Les costumes sont généralement flamboyants.

Le Aparima raconte toujours une histoire. C’est la danse qui “dit” par la gestuelle un sentiment ou reproduit une action de la vie quotidienne. Il se danse en solo ou en groupe, debout, assis ou à genoux. La musique seule (aparima vava) et/ou le chant (aparima himene), expriment le contexte de la narration dont les gestes des mains traduisent les émotions, sentiments ou pensées.

Le Pao’a est dansé par une femme seule ou en couple au centre d’un chœur et d’une formation de musiciens. Cette forme symbolise des thèmes de la vie quotidienne comme la chasse, la pêche ou la fabrication du tapa tahitien.

Le Hivinau se danse en groupes mixtes formant des cercles qui s’entrecroisent. Les danseurs tournent en rythme et répondent joyeusement au récit du chef de groupe par “Hiria ha’a, hiria ha’a ha’a”. C’est une danse très gaie à base de percussions proche de l’Ote’a.

Les principaux mouvements en danse tahitienne

Mieux que des mots, voici une vidéo extraite du DVD “Introduction à la danse polynésienne avec Tumata” qui explique très clairement les principaux mouvements.

Le Ori Tahiti comme Art à part entière

Des heures d’apprentissage pour retenir au final les costumes, les musiques, les percussions et les chants comme vecteurs supplémentaires d’une création complète. La danse tahitienne est désormais enseignée au Conservatoire artistique de la Polynésie française. Elle compte des milliers d’adeptes à travers le monde et suscite l’engouement dans le monde entier grâce à des troupes d’amateurs ou de professionnels comme les ballets Tahiti Ora. C’est dans cet esprit de partage de la culture tahitienne que l’association Heirautini propose des cours d’Ori Tahiti en collaboration avec Titaua de l’association Tahiti Here.

Partager cet article :

Mots-clés:

Qu'en pensez-vous?